Ma vie en agence

Comment j’ai arbitrairement décidé de passer en méthode agile

Ça faisait longtemps que je me posais la question de passer certains projets en méthode agile.
Et puis ce matin, je me suis dis : « hop! »
Et je l’ai fait. Tout simplement.
Dis comme ça, on a l’impression que j’ai changé de marque de céréales mais en fait non.

L’agence et son contexte

J’adore mon agence. Mais niveau organisation, tout est à faire.

C’est triste à dire mais les projets coulent à flot et on tente de ne pas se noyer. Parfois, on voit un collègue approcher de la rive mais une autre vague l’emporte bien vite.

Je trouve ça triste. Et dangereux. Mais surtout triste.

Quand je suis arrivée en Septembre, on commençait tout juste à faire des cahiers des charges.

Notre façon de travailler ? Au feeling.

Moi qui suis une accro de l’organisation et une incontournable de la validation client, j’ai suivi le mouvement qui annonçait les prémices d’une méthode d’organisation dite en cascade.

Avant les prémices, c’était ça :

Quand un projet arrive, il passe par le DA (si si) puis est validé par le client avant d’être envoyé aux devs. Le chef de projet sert d’éponge et de passe plat.

Pendant les prémices, ça a donné ça :

Quand un projet arrive, il est donné au DA et est assigné au CdP. Si le CdP est un peu sympa, il stoppe le DA et fait le travail qui doit être fait.

Si le CdP est occupé (ou ne sait pas qu’il est assigné à ce projet) alors c’est le DA qui fait tout.

Vous en conviendrez, ce n’est pas une organisation. C’est du rien du tout.

Et pourtant, en sautant d’un pied sur l’autre, on y arrive. Il faut dire que nos devs sont très patients et très doués.

Le projet qui change tout

Un jour, j’ai vu le DA se prendre la tête sur un énorme projet (on parle de logiciel métier). Mon empathie me pousse à lui proposer mon aide et voilà qu’on me file le bébé en me disant, fait un cahier des charges le plus complet possible.

J’ai mis une semaine. Pour écrire 100 pages de CDC avec la moitié remplies de questions.

Quand j’ai proposé une réunion pour mettre le CDC à l’épreuve, on s’est rendu compte que tout était à refaire.

On a tout reposer à plat et j’ai challengé le client sur plusieurs ateliers. Au final, notre CDC est monté à 120 pages mais plus aucune question.

Et ce n’est que la v1.

Quand j’ai donné le CDC aux devs, ils étaient si surpris qu’ils m’ont tous remercié.

On était enfin entré dans un projet un tant soit peu organisé grâce à une bonne vieille méthode en cascade.

Mais le combat n’était pas finit.

La V2, le post-apocalypse de la méthode en cascade

Finalement, le CDC, c’est cool, mais c’est trop lourd, pas assez visuel pour les devs. Donc j’ai fais des maquettes explicatives.

On commençait à voir les fondations d’une vraie organisation.

À ce jour, on a :

– CDC

– maquettes fonctionnelles

– channel slack pour échanger.

Mais je veux aller plus loin et faciliter les projets pour les différentes parties. Alors j’ai mis en place avec ce client une v2 organisée différemment.

On va partir gentiment vers de l’agile. Mais de l’agile custom pour ne pas perdre mon équipe.

Pour le moment, comme on est en dev sur la v1, on va co-concevoir et itérer sur les fonctionnalités de la V2.

Pour ça, rien de mieux qu’une bonne board Trello. L’occasion pour mon client de découvrir ce petit bijou.

Dans notre board d’idéation, j’ai demandé à mon client de noter tous ses besoins et de les classer par colonne. Chaque colonne est une catégorie comprenant plusieurs besoins.

Quand il aura tout rempli, on va prendre colonne par colonne et il va m’expliquer les besoins (ce sont des besoins métiers plutôt compliqués). Nous allons décortiquer chaque besoin et trouver une solution pérenne pour l’installer dans le logiciel.

Nous allons faire ça pour chaque carte de chaque colonne.

Nous allons ensuite prioriser les colonnes par rapport aux besoins métiers. Certaines fonctionnalités sont indispensables, d’autres sont là pour faire joli.

Si les colonnes et les besoins le permettent, nous ferons ensuite des sprints par colonne.

Et c’est ainsi que je suis passée en agile.

Vous devez vous dire qu’il manque l’ux et que tout ça, c’est très mignon, mais ça manque d’utilisateur final. Et vous avez raison.

Mais chaque chose en son temps !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.